Interview de vélotafeur n°8 – JB

Présente-toi.

Je m’appelle Jean-Bernard, mais tout le monde m’appelle JB. J’ai 33 ans, j’habite Istres, au sud du quartier des Heures Claires.
Je suis un ancien cycliste semi-professionnel1 et je fais toujours des compétitions en amateur, au VCPB2.

Présente-nous ton vélo

C’est un vélo de route de 1975, de marque Fausto Coppi, qui appartenait au grand-père de ma compagne.

DSCN0737

Quel trajet de vélotaf fais-tu ?

Je travaille comme vendeur au magasin Vélo Store de la ZAC des étangs à St Mitre les Remparts. Je vais au travail avec ce vélo. J’utilise la D5 et ça fait 9 km que je fais en 25 minutes. Soit seulement 10 minutes de plus qu’avec la voiture… et c’est gratuit. Je le fais quasiment tous les jours. Je ne le fais pas s’il pleut… mais il ne pleut jamais ici ! Par contre je le fais l’hiver et même de nuit. Paradoxalement la nuit ça me paraît paradoxalement moins dangereux, car les voitures s’écartent davantage. Pour être bien vu, j’utilise gilet de sécurité, lumière avant et arrière (rechargeable par USB).

Et avec la remorque ?

C’est une remorque « Eco Trailer Maxi » de la marque BELLELLI. C’est une petite remorque pratique : elle a 2 roues, elle supporte jusqu’à 35 kilos de charge et on peut facilement la détacher pour la traîner à la main.
Je l’utilise comme ce soir pour aller reporter mes recyclables au point de collecte3 mais surtout pour faire mes courses. Ça marche bien. On peut ramener un pack de lait, des œufs, il faut juste bien caler le tout…

Où fais-tu tes courses ?

En général sur la ZAC des Cognets, ça fait environ 3 km. Je le fais tous les lundis. Ça suffit pour 2 personnes.

20160613_12325420160613_121655

As-tu d’autres expériences de vélo en ville ?

Oui. Je peux citer l’exemple de la Poste, qui à Istres a un petit parking souvent encombré. Je mets 7 minutes en vélo… et davantage en voiture en comptant le fait de se garer au parking de la halle polyvalente et de faire à pied le trajet du parking à la poste.
On gagne souvent du temps en vélo, même quand on habite une zone résidentielle relativement éloignée du centre.
À noter que des arceaux pour accrocher son vélo seraient bienvenus devant le bureau de Poste !

Utilises-tu des rues particulières ?

Non. J’utilise les mêmes rues que j’utiliserais en voiture.
Les bandes cyclables d’Istres ne sont guère entretenues : peinture pas toujours visible, souvent sales… mais elles ont le mérite d’exister. Et même si les conditions ne sont pas optimales, me déplacer en vélo m’évite l’agressivité de la voiture. Je trouve la voiture génératrice de stress et d’anxiété. C’est comme ça pour moi et pour beaucoup de conducteurs il me semble. Je ne ressens pas ça avec le vélo : 2 cyclistes qui se croisent se saluent, jamais 2 automobilistes ne se regardent sauf en cas de désaccord ou de faute de conduite…

Quelles améliorations peux-tu imaginer ou proposer pour le vélotaf ici?

L’éducation des automobilistes locaux.
Et l’état des routes et dans mon cas particulièrement celle de la bande cyclable de la D5. Avec l’arrivée des mois chauds les conducteurs « sales » balancent leur bouteilles par la fenêtre et elles se fracassent. Les éclats se retrouvent immanquablement sur la bande cyclable.

Et la propreté des fossés ?

C’est une catastrophe. On voit souvent des cyclotouristes sur la D5, parfois même des randonneurs (égarés du GR2013 ?). Quel souvenir doivent-ils garder de ça ?
Il faudrait demander aux équipes qui débroussaillent en début d’été de collecter aussi les déchets qui y traînent. Mais il y a surtout une habitude locale de jeter ses déchets de voiture par la fenêtre qu’il faudrait changer.

On ne dira pas mieux. Autre chose ?

Oui. Faire le trajet domicile-travail à vélo me permet d’être plus vite dans le coup, dès mon arrivée au travail le matin, et chez moi le soir. Double bénéfice ! Et encore une fois c’est gratuit!

Dans ton magasin, parle-t-on de vélotaf ?

Oui ! Depuis quelques années on vend de plus en plus de vélos à des clients qui disent les acheter pour les utiliser pour aller au travail. Nous en vendons chaque semaine et le nombre s’accroît grâce aux VAE (Vélos à Assistance Électrique). On renseigne des gens tous les jours sur ce point.

Voilà une dernière phrase importante pour notre association… pour la répéter aux élus!!

 

1 « haut niveau Élite » (respect NdR !)
2 le Vélo-Club de Port de Bouc bien sûr « une belle structure dirigée par une équipe dirigeante formidable qui accueille tous les pratiquants quel que soit l’âge et le niveau de pratique »
3
sur Istres la collecte des recyclables ne se fait pas en porte-à-porte mais en Points d’Apport Volontaire (NdR)

Publicités

4 réflexions sur “Interview de vélotafeur n°8 – JB

  1. Ca fait vraiment plaisir de constater que compét et déplacements utiles sont compatibles, surtout qu’à Martigues, il a pas fait semblant le JB. Bravo

  2. Je peux l’affirmer, pour avoir croisé JB et sa compagne un lundi au centre commercial, cet homme est dangereux: il est la preuve qu’un monde avec moins de voitures est possible!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s