Témoignage de cyclotouriste de passage (n°2) : Christos

Christos, cycliste grec, ne parlait pas français, l’entretien a été tenu en anglais et la version française se trouve en seconde partie d’article.
L’entretien a été complété par Internet après que Christos a fini son voyage, ainsi il y parle de son passage à Marseille où il passait après Istres et Martigues.

Present yourself :
My name is Christos. I am 23. I am studying architecture in Thessalonik in Greece. And I am a cycle-fanatic !

IMG_3005

What do you call a cycle-fanatic ?
I use to say I use more my bike than I walk ! I use it as a transportation mean, and for fun. With a bike you can go everywhere with little money and without any problem of traffic, even in big cities.
Moving by bike makes your trip to work full of joy!

Present your bike
It is a French bike from the 80s (Mercier!). It was a gift from a family friend, who was pleased to give it so it will continue to be used.
It is not the perfect bike but it has a sentimental value for me. I love it.

And you travel by bike:
I started my trip in Barcelona where I was studying 6 months in an exchange program. I am going to Milano because my girlfriend lives there. But doing this trip was also a personal goal. I was not sure of my training but it is OK. The bike is OK too, on irregular roads I just have to ride a bit slower.

Would you qualify France as Cyclist-friendly?
Traveling by bike is everywhere unconventional, so there are not many infrastructure.
I heard of the EV8 and it will be a good thing. It will be great to travel without these big lorries, and it would be great to see more cyclists and be able to talk to them, cycling and discussing.
To compare Spain and France, I would say that in France people are less careful. For example on small roads near Barcelona, cars were waiting to overtake me that the space was big enough. In France it is nt so comfortable, they care less and they tend to be little bit more nervous.

And in Greece?
In Greece there is no cycling culture, people do not consider cycling as an equal or even valid way to transport yourself. Cars don’t respect you on the streets. Tourists can come and cycle in Greece but they have to be careful.

In Barcelona?
Comparing Marseille, Barcelona and Thessaloniki would be a little unfair because I lived for quite some time in the latter ones but spent only one day in Marseille. Anyway I will give you my perspective.
First of all Barcelona is a contemporary metropolis in which transportation by bike is fully supported and respected. There is a big network of cycling lanes, carefully designed infastructure, a very well working bike-rental system and a bike-friendly behaviour/culture among the people of the city.
In Thessaloniki things are different there are cycling lanes in various location throughout the city but not a continuous network. But the fact that Thessaloniki has a modest size and a fairly good planning makes it easy to navigate by bike and move quickly. The big disadvantage is that you have to be continuously alert and earn your space on the road because motorists don’t really pay attention nor show equal respect to cyclists.
Now regarding Marseille I would say that for me the city is completely car-centric and I felt difficult to move around by bike. There was a lot of traffic and drivers were nervous and not used to cope with bicycles in the streets. I think that some kind of action by the authorities is needed to give cyclists a boost!

What would you say of your trip in our region here, as a cyclist? which roads did you use and what do you think of them?
Up to here I can say that in the southern part of France I discovered magnificent places to ride and really enjoyed myself passing from all these small villages and the endless vineyards! I mostly use small country roads because they are quiet, in good condition usually so I can enjoy the surroundings and speeding my bike without constantly worrying about cars. After all traveling by bike is not about going from point A to point B but get the most the travel itself. It’s all about the adventure, the smells, the surroundings, the unexpected things…

A note that I would like to point out is that during my trip a realized that is impossible to approach big cities by bike. They are designed having only cars and trucks in mind and if you are unable to use a big highway entering a city is a real nightmare.

version française

Presente-toi :
Je m’appelle Christos. J’ai 23 ans. Je suis étudiant en architecture à Thessalonique en Grèce. Et je suis fanatique de vélo !

Qu’appelles tu un fanatique de vélo?
J’ai l’habitude de dire que je suis plus souvent à vélo qu’à pied! J’utilise mon vélo comme moyen de transport et pour le plaisir. Avec un vélo on peut aller partout pour pas cher et sans problème de trafic, même dans les grandes villes.
Y aller en vélo rend le trajet vers le travail plus plaisant!

Présente nous ton vélo
C’est un vélo de fabrication française des années 80 (un Mercier!). C’est le cadeau d’un ami de ma famille, qui était content de le donner afin qu’il continue à être utilisé.
Il n’est pas parfait mais il a une valeur sentimentale pour moi. Je l’adore.

Et tu voyages à vélo…
je suis parti de Barcelone où j’ai étudié 6 mois dans le cadre d’un programme d’échange. Je vais à Milan où ma copine habite. Mais faire ce voyage était aussi un but personnel. Je n’étais pas sûr de mon entraînement mais ça va. Le vélo va bien aussi, sur les chemins défoncés je dois juste aller moins vite.

Dirais-tu que la France est agréable pour les cyclistes?
Circuler en vélo n’est conventionnel nulle part. de ce fait il n’y a pas beaucoup d’infrastructures.
J’ai entendu parler de l’EV8 et ce sera une bonne chose. Ce sera super de voyager loin des gros camions, et ce sera super de voir d’autres cyclistes et de pouvoir leur parler, de discuter en pédalant .
Pour comparer l’Espagne à la France, je dirais qu’en France les automobilistes sont moins prévenants. Par exemple, sur les petites routes près de Barcelone, les voitures attendaient pour me dépasser qu’il y ait suffisamment de place. En France ce n’est pas aussi confortable, ils font moins attention et sont généralement un peu plus nerveux.

Et en Grèce?
En Grèce il n’y a pas de culture du vélo, les gens ne considèrent pas le vélo comme un moyen de transport équivalent ou même valide. Les voitures ne vous respectent pas dans les rues. Les touristes peuvent venir et circuler à vélo en Grèce, mais ils doivent faire attention.

Et à Barcelone?
Comparer Marseille, Barcelone and Thessalonique est un peu injuste parce que j’ai vécu assez longtemps dans les 2 dernières alors que je n’ai passé qu’un jour à Marseille. Néanmoins je te donne mon point de vue.
Tout d’abord Barcelone est une métropole moderne dans laquelle les déplacements à vélo sont totalement soutenus et respectés. Il y a un grand réseau de pistes cyclables, dessinées avec soin, un système de location de vélo qui marche très bien et un comportement, une culture pro vélo parmi les habitants de la ville.
A Thessalonique les choses sont différentes, il y a des pistes cyclables un peu partout dans la ville mais pas de réseau continu. Mais le fait que Thessalonique ait une taille modeste et une géographie assez plate permet de rouler facilement et rapidement à vélo. Le gros désavantage est qu’on doit toujours être sur ses gardes et gagner son espace sur la route parce que les automobilistes ne font pas vraiment attention, ni ne montrent un respect égal aux cyclistes.
Maintenant en ce qui concerne Marseille je dirais que la ville est complètement centrée sur la voiture et j’ai eu des difficultés à y circuler à vélo. Il y avait beaucoup de circulation et les automobilistes étaient nerveux et n’avaient pas l’habitude de partager la rue avec des cyclistes. je pense que les autorités devraient faire quelque chose pour aider les cyclistes!

Que pourrais tu dire de ton voyage dans notre région, en tant que cycliste? Quelles routes as tu utilisées et qu’en penses-tu?
De mon expérience je peux dire que dans le sud de la France j’ai découvert des endroits magnifiques pour y faire du vélo et j’ai vraiment pris du plaisir à traverser les petits villages et les vignobles sans fin! J’ai principalement utilisé de petites routes de campagne parce qu’elles sont tranquilles, généralement en bon état si bien qu’on peut apprécier le paysage en allant relativement vite sans être toujours à faire attention aux voitures. Après tout voyager en vélo ce n’est pas aller d’un point A à un point B mais est un but en soi. Tout est dans l’aventure, les odeurs, le paysage, les choses inattendues…

Une chose que je voudrais faire remarquer que je me suis rendu compte qu’il est impossible d’approcher les grandes villes en vélo. Elles sont dessinées par des gens qui n’ont que les voitures et les camions en tête et si vous êtes incapable de prendre une grosse autoroute, entrer dans une ville est un vrai cauchemar.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s