Témoignage de vélotafeuse n°7 : Louise

En ces temps de recherche de parité, il était temps pour nous de faire un témoignage de vélotafeuse ! De plus les lycéens fournissent partout ailleurs de gros bataillons de vélotafeurs, alors pourquoi pas sur notre territoire ?

Présente-toi.

Je m’appelle Louise, j’ai 17 ans, je suis élève au lycée Rimbaud à Istres, en terminale scientifique.

photo louise

Présente-nous ton vélo :

C’est un vieux vélo, il appartenait à ma mère, le câble de frein arrière et le pédalier sont usés, la selle aussi, mais il n’attire pas l’attention, et il roule.
J’avais un autre vélo, mais il a été volé. Le cadenas simple à code, n’a pas suffi.

Quel est ton trajet-type à vélo ?

Mon trajet-type… l’aller-retour domicile-lycée. Je suis une vélotafeuse comme vous dites. J’habite dans le quartier du Boucasson. Pour le lycée ça fait 2 km à vol d’oiseau et 3 km en vélo.
En général je passe par la piste cyclable du chemin de Capeau, elle longe les champs sur 1 km, j’aime bien (NdR ce blog n’a pas dit que du bien de cette piste, on est content qu’elle plaise !). Je ne quitte la piste cyclable qu’au niveau des ronds-points, là ce n’est pas pratique d’y rester. Ensuite je prends le chemin des Tartugues où il n’y a pas trop de trafic, je passe le passage à niveau mais je ne vais pas jusqu’à l’avenue Felix Gouin qui n’est pas agréable à ce niveau. Je prends plutôt les petites rues pour n’arriver sur cette avenue qu’au niveau de la piscine. Là l’avenue Felix Gouin possède une bande cyclable jusqu’au lycée, sauf au niveau du rond-point Aimé Césaire, qui est dangereux (NdR on avait déjà noté ce point noir). J’en ai pour 15 minutes, maximum, en pédalant tranquillement. En transport en commun, il faudrait compter 30 minutes, à peu près, selon les horaires de passage des bus, même si je pense que la ville n’est pas mal desservie.

Beaucoup de lycéen(ne)s viennent ils à vélo ?

Quelques uns, mais le garage à vélos du lycée n’a jamais débordé, même s’il est vite rempli quand il fait beau. Je ne pense pas que les élèves qui ne viennent pas en vélo fassent ce choix à cause de la taille du garage, au contraire, c’est plutôt bien qu’il y en ait un. Je crois que certains viennent à pied, ou ont des parents qui les déposent, ou bien passent leur permis, d’autres habitent plus loin, à Fos, ou à Miramas, alors là, pour venir en vélo… (NdR ce mercredi matin à 10 h il y avait environ 10 vélos et 10 deux roues motorisés pour 1200 élèves, mais il ne pourrait guère en contenir plus de 50 en tout, quant à ce que des vélotafeurs viennent de Fos et même de Miramas c’est bien pour que ça arrive que l’association a été créée : proposition pour Istres-Fos et Istres-Miramas)

Ton avis sur le vélo comme mode de déplacement à Istres

Si on veut vraiment rouler à vélo, on y arrive, en faisant attention à certains endroits.
J’utilise mon vélo pour pratiquement tous mes déplacements. Il m’arrive d’utiliser le scooter familial, mais le vélo a l’avantage d’être gratuit, et puis c’est bon pour le corps et pour l’esprit ! Pensons quand même à mettre un bon antivol, on ne sait jamais…

Le défaut de ce type de déplacements ?

Je dirai que le problème du vélo (du moins, du mien) c’est de ne pas pouvoir transporter plein de trucs, une guitare, passe encore, mais une guitare et un sac à dos… c’est vite compliqué. Aussi s’il pleut, on est quand même bien mouillé, ou alors il ne faut pas rouler…

Notre association cherche à monter des ateliers d’autoréparation dans différentes villes du territoire, à Istres et Martigues en priorité. S’il en existait un à Istres, tu viendrais pour régler ton frein arrière ?

Évidemment ! Même si je peux aussi régler des trucs chez moi, ça pourrait être bien de faire ça, pour encourager les gens aussi, je sais que des ami(e)s ont des vélos abandonnés qui restent dans le garage…

Publicités

2 réflexions sur “Témoignage de vélotafeuse n°7 : Louise

  1. Bravo Louise ! Comme quoi il n’est pas nécessaire d’avoir un vélo sophistiqué pour utiliser ce moyen de locomotion, mieux vaut avoir de bonnes jambes. J’ai commencé par aller au lycée à vélo et depuis plus de soixante ans j’utilise ce moyen pour me déplacer, préférable à tout autre. J’ai maintenant un vélo bien ringard, moins tentant pour les voleurs. Je transporte quantité de choses dans des sacoches bien démodées (pour qu’on ne me les vole pas) et aussi sur le porte-bagages en les maintenant à l’aide de sandows. Mais je conçois que pour une jeune-fille ce ne soit pas le top ! Quand il pleut, je sors quand même en me protégeant avec une grande cape de pluie cycliste, mais en risquant toutefois de me faire asperger les jambes par des automobilistes qui passent dans les flaques sans ralentir. J’espère que Louise sera des nôtres à la fête du vélo.

  2. J’aime beaucoup l’idée de cette série. La chance de faire du vélo au taf … pas possible pour moi. Trajet vélo-domicile trop loin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s