Véloroute (à créer) n°5 : Istres – Miramas (par le chemin de Sulauze)

Remarque : cet article a été rapatrié (avec mise à jour) de l’ancien blog « en vélo à Istres (et autour) » où il avait été publié en avril 2012. Passant près d’un vignoble et d’un élevage de taureaux, cette véloroute imaginée pour les cyclistes locaux serait clairement intégrable dans une véloroute « Camargue-Lubéron » dont l’intérêt touristique nous semble évident.

Les cyclistes qui ont fait Istres-Miramas par l’ »ancienne route » (la N569) ou la route « du Delà » (D16) savent ce que c’est que le risque.

Ceux qui l’ont fait par la route de la Transhumance (N1569) n’avait pas le droit…

Nous rappelons que ce site traite essentiellement du vélo « de transport », celui qu’on utilise pour aller à son travail par exemple, en semaine et à l’heure de pointe. En l’occurrence et vue la distance entre Istres et Miramas, cet article concerne surtout les vélos électriques, dont nous plaidons pour le développement (volontariste et aidé si possible).

Les groupes de cyclistes « de course » qui empruntent la route du Delà le samedi ou le Dimanche avec leur tenue bariolée ne sont guère concernés par cet article en particulier ni ce site en général. Ils prennent (un peu) moins de risque qu’un cycliste isolé sur cette route (les accidents arrivent néanmoins et les cyclistes paient généralement le prix fort).

Sur l’axe Miramas-Istres existe une possibilité plus adaptée : le chemin de Sulauze. Il a plusieurs avantages:

  • il n’est guère plus long que les routes (N569 ou D16)
  • il possède en sont milieu un remarquable « sas à vélo (et piéton) » qui évite qu’il ne soit emprunté par des voitures
  • pour les amateurs il peut permettre de « faire le plein » en vin bio et en bière à la cave/brasserie de Sulauze, en saucisson et viande à la ferme d’élevage de Sulauze (ce sont deux exploitations différentes)

par contre

  • pas très esthétique, on longe juste avant d’arriver sur l’exploitation agricole, une petite décharge de gravats,
  • il nécessite (pour l’instant) un VTT ou au moins un vélo pas trop fragile pour sa partie centrale, qui est un chemin vicinal mais qui semble surtout entretenu par les exploitants.

En nivelant un minimum cette partie centrale, on aurait une excellente véloroute !!

Le parcours complet ressemble à ça. Seuls le début (de Miramas), entre château d’eau et cimetière, et la traversée de la double exploitation agricole sont classées orange, à cause du terrain. Mais tout le trajet est exceptionnellement calme.

vue aérienne annotée

De Miramas, on peut partir du château d’eau, le début nécessite un VTT (300 m), sinon partir du parking entre les 2 cimetières (parking que l’on rejoint de toutes façon – photo 4).

 

Sur 1km On utilise ensuite une route qui ne sert qu’aux riverains. Elle est en bon état.

On attrape ensuite le chemin de Sulauze, le début est un peu rude, ça s’aplanit ensuite jusqu’aux abords de l’exploitation, puis il y a un autre secteur un peu défoncé jusqu’au sas, après lequel on rejoint les première maisons d’Istres, dans une longue impasse qui nous amène jusqu’à l’étang de l’Olivier.

Ci-dessous le « sas à vélo » (et à piétons…). On ne voit pas bien mais les vélos peuvent passer à droite de la grille. C’est très dissuasif pour les scooters et autres motos. Quelle bonne idée!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s